Psoriasis en gouttes

Je souffre de psoriasis en gouttes depuis près de 15 ans, partout, cuir chevelu et ongles compris. J'ai pu constater, lors de sinusites, de tendinites ou de poussées douloureuses aux articulations (en particulier les genoux), que les traitements à base de cortisone par voie orale amélioraient sensiblement l'état de ma peau. Mais ces traitements (pris une ou deux fois par an pour moi) ne duraient jamais assez longtemps pour nettoyer complètement la peau. En revanche, j'ai passé cet hiver six semaines sous un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) pour un claquage musculaire complet. Cela m'a complètement nettoyé la peau. L'amélioration cutanée était très nette dès trois jours. Qu'en pensez-vous ?

La constatation de l'amélioration de votre psoriasis est tout à fait possible avec l'anti-inflammatoire que vous avez pris ; en effet, certains psoriasis ont une composante inflammatoire plus importante à certains moments de leur évolution, mais l'efficacité n'est pas constante et la tolérance souvent mauvaise. L'atteinte rhumatismale est souvent prise en charge par les rhumatologues plutôt que les dermatologues, avec peut-être un manque de coordination.
La constatation de votre amélioration va permettre de réunir des informations utiles à d'autres patients et nous vous en remercions.

 

Agée de 31 ans, je souffre de psoriasis en gouttes depuis l’âge de 5 ans. Il y a peu, les médecins ont diagnostiqué une pyélonéphrite (une infection du bassinet du rein) qui, de ce fait, élimine très mal et qui rend parfois ma peau très sèche. Que puis-je faire, car ce dessèchement de la peau fait resurgir des plaques de psoriasis et provoque surtout beaucoup de démangeaisons ?

Le psoriasis en gouttes est fréquemment associé à un foyer infectieux ; celui-ci peut être aigu ou chronique. Dans votre cas, l'atteinte rénale peut être responsable de l'entretien du psoriasis, parfois associé à un défaut de défense contre les bactéries. Il est indispensable de vérifier l'absence de foyers infectieux avec un bilan complet et de ne pas aggraver un psoriasis par la prise de certains médicaments. Le dessèchement de la peau nécessite en outre l'application répétée d'hydratants.

 

J'ai 34 ans et souffre de psoriasis depuis trois ans de façon plus importante. Je travaille dans un bureau et suis agent d'assurance. Depuis environ un mois, une poussée plus importante a eu lieu (en gouttes sur tous le corps). Sortant d'une angine, mon dermatologue m'a prescrit une analyse de sang afin de mettre en lumière la présence éventuelle d'un streptocoque. Les résultats se sont avérés négatifs ; par contre, ils ont montré un fort taux de triglycérides ainsi qu'un peu de cholestérol. Ma question est la suivante : l'alimentation et/ou la consommation régulière de vin peut-elle avoir une incidence sur le psoriasis ?

L'association poussée de psoriasis et foyer infectieux existe aussi chez l'adulte mais plus rarement que chez l'enfant. Il ne s'agit pas toujours d'un streptocoque et la recherche du foyer infectieux et son traitement sont indispensables (foyer dentaire, sinus, amygdales, intestin, etc.). L'association du psoriasis à une augmentation des triglycérides est plus fréquente que celle du cholestérol, parfois liée a la prise d'alcool ou à l'excès de poids et d'alimentation. L'alcool augmente les démangeaisons et le grattage, majore le risque de révéler un psoriasis et le rend plus résistant aux traitements. Il transforme le métabolisme de certains médicaments et augmente leur toxicité.